Ne comptez pas sur nous pour spoiler quoi que ce soit dans cet article. Notre mission et nous l’acceptons Monsieur Phelps, est de vous donner envie de voir la série la plus dérangeante du moment.

C’est une adaptation d’un roman d’anticipation de la canadienne Margaret Atwood. Sorti en 1987, ce roman a déjà fait  l’objet d’une version au cinema réalisée par Volker Schlöndorff.

 

The Handmaid's Tale est un roman dystopique. Une dystopie, d’après Wikipedia est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur. Une dystopie peut également être considérée, entre autres, comme une utopie qui vire au cauchemar et conduit donc à une contre-utopie.

 

Ce roman est une référence pour les démocrates américains. Pendant la première campagne d’Obama, des républicains ont voulu définir ce qu’est le viol. « Si c'est un vrai viol disaient-ils, les femmes ne tombent pas enceintes, et si elles tombent enceintes, ce n'est pas un vrai viol. » Pour leur répondre, et vous comprendrez pourquoi en regardant la série, Obama n’hésitait à leur conseiller la lecture de The Handmaid's Tale .

 

Margaret Atwood y décrit une société américaine qui est devenue une théocratie rebaptisée la République de Gilead. Dans ce système, les femmes n'ont plus de droits, elles ne peuvent ni travailler, ni posséder d’argent, ni être propriétaire, elle n’ont pas plus le droit de lire non plus.  Elles sont réduites à trois fonctions : Épouse de l’élite masculine, « Martha » pour les travaux ménagers et Servante pour la procréation. Dans cette nouvelle société, la pollution et les maladies ont rendu la plupart des femmes infertiles et les Servantes sont sélectionnées parmi les prisonnières pour avoir des enfants avec les hommes influents.

 

Le livre est un best-seller depuis l’élection de Donald Trump et a été interdit dans plusieurs écoles et universités au Texas parce que considéré comme «antireligieux».

 

 

Allez, maintenant c’est à vous de regarder.