Notre équipe de fins limiers est sur le coup. Les alertes sont lancées. On a cherché, et on a trouvé des vraies bonnes nouvelles en 2018.

 

La météo a changé. Hakima El Haite (qui ça?) vous l’avait dit au moment de la COP 22 à Marrakech et personne n’avait voulu la croire… Winter is coming. Bon, c’est pas encore le froid piquant et mortel de Game of Thrones mais depuis octobre, « force est de constater(oui je sais) » que la pluie est là, et quand la pluie est là, le Maroc se gèle les babouches mais hamdullah, tout le monde est content. Du coup, notre bonne vieille économie libérale découvre des sources insoupçonnées de nouveaux business. Le ski, la raclette, les voyages organisés des studios de Ouarzazate sous la neige, les chaussettes en laine, le bois coupé pour les cheminées, les cheminées sans bois coupé, les crèmes hydratantes pour peaux asséchées par le froid, les potimarrons pour la soupe, les couettes Honsbarr de chez Ikea en duvet d’oie, les doudounes sur-vestes bleu marine, les bonnets en mouton qui piquent la tête… Selon les dernières données rapportées par le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, bref, le ministère de la pluie et des saisons, le cumul pluviométrique moyen national a atteint en avril, 367,7 mm, soit une hausse de 16% par rapport à la normale (316,7 mm). Au démarrage de la période des semis, ce déficit était de 61 %.

Si ça c’est pas d’la bonne nouvelle !

 

Saad Lemjarred est rentré au Maroc pour le ramadan. Attendu à Paris le 4 juin pour un procès au civil intenté par sa victime Laura Prioul qui le poursuit également au pénal pour viol et violences, le Justin Bieber marocain est en pleine rédemption. Et quoi de plus convaincant qu’une rédemption médiatiquement orchestrée pendant le mois sacré. Tournée des associations, rencontres avec des malades, selfies avec des enfants, son « ramadan moroccan tour » est tellement « up in the sky » qu’on en oublierait presque, toutes les injustices faites aux femmes… oui ici … chez nous… dans le pays de Saad Lemjarred. Si ça, c’est pas d’la bonne nouvelle !

 

Saâd Eddine El Otmani, le chef du Gouvernement est un homme courageux. Le 7 février dernier, il avait lui-même voulu boire un verre puisé dans la station Bouregreg à Rabat, pour prouver que les rumeurs de pollution du barrage Sidi Mohamed Ben Abdallah n’étaient que pure invention.

Deux bonnes nouvelles en une seule action, bravo la com du Gouvernement : Un, les habitants de Rabat-Salé vont pouvoir généreusement profiter de l’eau du robinet, boycottant naturellement ainsi, toutes les eaux minérales du commerce. Deux, on a la certitude maintenant que monsieur El Otmani est immunisé contre toutes sortes d’attaques microbiennes, contre toutes bactéries dangereuses, y compris celles venant d’autres partis politiques du paysage marocain. Si ça, c’est pas une bonne nouvelle…

 

A suivre.