Pour ceux qui ont vu « Le jour de la marmotte », « Run », « Lola », « Code source », « Edge of Tomorrow », et « Happy Death Day », sachez que « Russian Doll », interprétée par - et coécrite et dirigée par - Natasha Lyonne avec Amy Poehler et Leslye Headland, toutes deux productrices, est du même gabarit.

Dans « Russian Doll », la structure narrative va en boucle. Dans chaque épisode, le récit parcourt les mêmes événements. Il s’agit à chaque fois d’une boucle temporelle. Le personnage principal, Nadia, est condamnée à répéter sans cesse la nuit de son 36e anniversaire, et chaque fois, elle meurt peu de temps après avoir quitté la fête, que ce soit par accident de voiture, chute dans les escaliers, ou de froid… 

Et chaque fois, elle se retrouve au point de départ dans la salle de bain chez son amie la nuit de son 36e anniversaire. En quittant la salle de bain, son amie lui dit à chaque fois: « joyeux anniversaire ».

Nadia comprend très vite qu'elle est prise au piège d’une boucle temporelle et rencontre Alan, qui est également coincé dans une boucle temporelle. Toutefois, celle-ci s’articule autour d’une vérité intime. On découvre le vécu de personnages qui tentent de retrouver leurs vies en étant ravagé de doutes quant à l’issu de l’épopée. S’ils s’y mettent à deux, arriveront-ils à retrouver un semblant de vie normale ?