Nigel Richards a remporté le championnat du monde du scrabble en français. Et il est néo-zélandais. Il a mémorisé 386.000 mots du dictionnaire scrabble français. L’intelligence artificielle, c’est un peu comme ça.

Amazon, Facebook, Google ou d’autres utilisent des algorithmes pour que les internautes passent le plus de temps possible sur leurs applications. Leurs algorithmes, avec intelligence artificielle traitent des données pour attirer au maximum l’internaute, selon ses centres d’intérêt, ses préférences et ses traits de personnalité.

On est loin des avertissements des utopistes et des dystopiques à propos de l'IA rendant les humains obsolètes. On est loin aussi d’une planète Terre dirigée par des cyborgs. Comme Nigel Richards est loin de gagner le prix Goncourt ou d’évaluer un Gustave Flaubert, l’IA ne peut prendre le dessus sur l’homme. Cette intelligence reste à base de mathématiques élaborées par des Hommes, et non dotée de conscience, ou d’émotions. Pour qu’elle devienne générale, il faudra quelque temps encore et des avancées scientifiques considérables. Reste des défis de raisonnement, d'apprentissage conceptuel, de sens commun, de planification, de créativité et même de conscience de soi et d’émotions. Pour l’heure, c’est au-delà de notre portée scientifique.