Google a promis mardi de révolutionner le monde du jeu vidéo, en lançant cette année une plateforme permettant de jouer en streaming, mais aussi en dévoilant une nouvelle manette ou encore en lançant son propre studio de création.

Le groupe américain, qui est aussi un géant du "cloud", lancera cette plateforme, baptisée Stadia, "cette année" aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et certains pays d'Europe, ont indiqué ses responsables lors d'une conférence annuelle des développeurs de jeux vidéo à San Francisco.

Stadia sera "le moteur qui va redessiner les jeux et l'avenir", a affirmé mardi Jade Raymond, qui va prendre la tête du nouveau studio de création de jeux vidéo de Google --"Stadia Games and Entertainment", autre annonce importante du groupe mardi.

Avec cette plateforme, Google entend s'adresser à tout le monde, aux créateurs de jeux comme aux joueurs.

Concrètement, Stadia va permettre aux "gamers" de jouer sans accroc et directement en ligne, depuis différents appareils compatibles (tablette, smartphone, télévision, etc), à des jeux sophistiqués. Et ce, sans avoir à les télécharger ou à les installer, sur le modèle de Netflix pour la vidéo ou de Spotify pour la musique.

Avant de mettre un point un modèle économique, il faut d'abord que la plateforme puisse être en mesure de proposer un vaste catalogue de produits: la première étape consiste donc à inciter les développeurs à créer des jeux spécialement pour Stadia.